Atelier des Vauzelles

Le travail continu sur la Mini

Aujourd’hui, la quinzaine de membres présents s’affaire et virevolte autour de la MINI. Ou, pour être exact, de tout ce qui a été sorti d’elle en pièces de toute grandeur et de toute sorte.

Ainsi qu’on le voit ci-contre, pendant que la petite carcasse sommeille et rêve d’une renaissance prochaine, on s’occupe, à quelque mètres d’elle, de ses freins arrières.

Le berceau arrière est dressé, ils sont trois à travailler sur le câble en fils d’acier tressé, dont la maigre section m’étonne. Il me fait d’avantage penser à un câble de frein de vélo.

Mais avec la MINI tout est possible. Y compris de faire fi d’une gaine, pour ce malheureux câble qui frotte copieusement sur les tôles de la carrosserie. On me dit que les voitures anglaises, c’est comme cela. Elles sont comme ceux qui les conduisent de l’autre côté de La Manche : des gens pratiques et économes, ces messieurs les anglais.

D’ailleurs, le parfait spécimen qu’est Roger MEW, et qui supervise la pose du câble, ne fait aucun commentaire. Tout est donc normal et tout va pour le mieux.

Jean-Paul, qui a de la suite dans les idées, livre combat au dernier écrou récalcitrant. Enfin le câble est assujetti et le frein AR gauche en état d’être sollicité. Cet exploit méritait d’être gravé, sinon dans le marbre, du moins dans la photo numérique ci-contre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *