Atelier des Vauzelles

Le beau moteur de la Mini

Il y a de l’ambiance ce matin dans notre atelier. La vibrionnante équipe de Michel est très occupée à décortiquer les deux moteurs de la Mini, celui d’origine et celui résultant d’ une autre récupération. Deux moteurs donc, pour en faire un nouveau, pour une vie qui attend notre MINI. Bien sûr une fois restaurée et briquée, en suivant les préceptes du petit père HAYNES (ci-contre) le jovial sujet de sa gracieuse Majesté et, accessoirement auteur du vade mecum, et une vraie Bible de la marque. Nous devons cet ouvrage remarquable à notre ami Roger Port MEW, l’homme aux kilts des RETROMOBILES.

Mais il faut maîtriser l’anglais pour se pénétrer de la lettre et de l’esprit de cet ouvrage de 200 pages lin-octavo, traitant du sujet en détail, de « accelerando cable » à « Warning lights » en passant par « Main bearings-2C.18 » et le « Pressure differential warning actuator » Bref, l’équipe est très affairée sur les deux moteurs installés sur le pont élévateur transformé en établi, ainsi qu’on le voit ci-dessous, pénétrée de sa mission et du but à atteindre, celui de réaliser un moteur en partant de deux.

C’est ce qui réunit ce matin Jacky, Vincent, Guy, Christian, Roger, Patrice et Michel. Michel qui court de l’un à l’autre, dirige et explique, cependant que Jean-Paul, notre Président, nettoie consciencieusement la carcasse de la MINI, poussée discrètement dehors. Pour cette opération délicate qui va générer un nuage de poussière, cela vaut mieux. Jean-Paul a l’expérience et l’outil ad hoc pour s’attaquer à ce travail anodin en apparence seulement, car il s’agit de débusquer les impropretés, sans endommager le support par endroit très fragilisé et de repérer et marquer à la peinture fluo, tous les endroits nécessitant une intervention du carrossier.

Le moteur définitif, bien briqué, ci-dessus ,

Avec une poignée de boulons et de rondelles, pour donner l’échelle. Ce n’est pas le moteur de la Panhard, mais il est petit tout de même.

La semaine prochaine, la MINI sera entre les mains du carrossier. Il aura à intervenir sur des points repérés par Jean-Paul, en sus d’une révision d’ensemble. Pendant ce temps, l’équipe de Michel continuera à travailler sur le moteur, en attendant le retour de la miraculée, pour s’attaquer à la pose des berceaux AV et AR, et puis l’installation du couple. moteur- boîte.
Ce sera le grand jour que nous attendons tous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *