Rambler 1963
Les chroniques de Victor

La Rambler

La RAMBLER, création d’American Motors et réservée au marché intérieur des États-Unis, avait été choisie au printemps 1962, par la Régie Renault, en raison de ses dimensions « raisonnables » et de ses caractéristiques « mesurées », pour devenir le haut de sa gamme d’alors. La RAMBLER ne peut renier ses origines : outre sa ligne et son aspect extérieur, sa présentation intérieure est absolument conforme au style américain.
Susceptible de s’adapter sans trop de difficulté aux normes européennes, et notamment sans engager de lourds investissements, la Régie estimait que la RAMBLER lui permettrait d’offrir à la clientèle française une 18cv puissante et spacieuse, proposée à un prix acceptable et pas ruineuse à entretenir.
Mauvaise pioche !
En effet, la RAMBLER, naturalisée française, ne connut au bout de cinq années de commercialisation, et en dépit des frais de fabrication maîtrisés, aucun succès en raison de son moteur, un gouffre de 3,2 litres, lourdement taxé par la fiscalité en vigueur .
Cette situation va encore se détériorer en 1967 puisque la RAMBLER n’est plus le clone de la « petite » Classic mais la copie du nouveau modèle « Rebel » dont l’énorme moteur 6 cylindres, 3,8 litres atteint 22cv !
Pour ne rien arranger, la carrosserie a, elle aussi bien grossi ; 5 mètres de long et 2 mètres de large. Ça ne passe pas inaperçu.
La RAMBLER Renault se rapproche ainsi beaucoup plus des normes américaines que des normes européennes.
L’encombrante berline, pourtant épaulée par un nouveau coupé hard top à partir du Salon 1966, est devenue beaucoup trop impressionnante pour la clientèle française et ne parvient plus à s’imposer sur notre marché ni même en Europe, ce malgré sa belle présentation en cinq coloris (blanc, noir, bleu, gris et bordeaux) à ses riches garnissages intérieurs et ses équipements : installé devant son grand volant, le conducteur de cette imposante voiture disposait de pas moins de 40 commandes, manettes, compteurs et témoins, horloge, manomètres et totalisateurs, voyants, grilles, avertisseurs et pédales. Une véritable débauche.
C’est cependant la fin. Les ventes de la RAMBLER sont en chute libre et se limiteront en France à quelques exemplaires ce qui, fort raisonnablement, décidera la Régie d’en arrêter l’assemblage et la diffusion au cours de l’été 1967.

La Rambler

Les découvertes de

Victor Mataouchek

qui d’entre vous savait que …

2 commentaires

  • Roger Mew

    Hi All I worked for the USAF from 1968 to 1975 and amongst others my staff car was a Rambler rebel estate car actually for the US market but sold from the UK Headquarters at Chiswick. They were part of the Kelvinator Refrigerator group. In actual fact the big motor was fairly economic and did not use much more fuel on a run than my mini. I had automatics and stick shifts and also Left hand drive and right hand drive. The right drive was a mess. However, were you aware that the car was fully galvanised and that it had a 10 years anti corrosion guarantee. The One I like best was military numbered UKER12 (Previous was UKAX12 ) a left hand drive, with limited slip differential and floor shift with kick down parking brake. apparently a rare beast from 1969.

    Salut à tous J’ai travaillé pour l’USAF de 1968 à 1975 et ma voiture de personnel était, entre autres, une voiture de domaine Rambler rebelle destinée au marché américain, mais vendue au siège britannique à Chiswick. Ils faisaient partie du groupe Kelvinator Refrigerator. En réalité, le gros moteur était assez économique et n’utilisait pas beaucoup plus de carburant que mon mini. J’avais automatique et changements de bâton et aussi conduite à gauche et à droite. La conduite à droite était un gâchis. Cependant, saviez-vous que la voiture était entièrement galvanisée et qu’elle était garantie 10 ans contre la corrosion? Celui que j’aime le mieux était le numéro militaire UKER12 (le précédent était UKAX12): une conduite à gauche, avec différentiel à glissement limité et changement de vitesse au sol avec frein de stationnement rabattable. apparemment une bête rare de 1969.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *